gamal abina

19 mars 2019

France Maghreb 2 - Invité de l'émission : Salim Laïbi le 18/03/19 démasqué par Gamal Abina sur son ouvrage tendancieux.

 

 

Ajoutée le 19 mars 2019
Salim Laïbi (Le Libre Penseur) est l'invité dans l'émission Le Grand Forum sur France Maghreb 2 le lundi 18 mars 2019.
confrontation avec Gamal Abina sur son livre et son passé. 

Posté par gamalabina à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 mars 2019

France Maghreb 2 - Le Grand Forum le 15/03/19 : La France doit-elle protéger les mosquées ?

 

Ajoutée le 15 mars 2019
Le grand forum #LGF l'info autrement. #LaQuestionDuLGF : Un terroriste d’extrême droite a frappé deux mosquées en Nouvelle Zélande et tué des dizaines de fidèles dont des enfants. La France doit-elle prendre des mesures pour protéger les mosquées? on en parle avec Abdelsalem HITACHE, Farid TEMSAMANI et Gamal ABINA. Invité,, Abderrahmane Hedjoud de The last walk in the mosquée Algerie, vendredi de manifestations quelques jours après les annonces de la présidence algérienne, réponse du peuple attendu dans les rue d'algerie. Correspondants sur place, Khaled DRARNI et Amina LAKRI.

Posté par gamalabina à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2019

De Breivik à la Nouvelle-Zélande toujours la même barbarie.

De Breivik à la Nouvelle-Zélande toujours la même barbarie. 

Le 15 mars raisonne déjà pour moi déjà depuis 17 ans comme un jour de deuil ; je rends hommage à mon père.

Mais malheureusement aujourd'hui en Nouvelle-Zélande dans la ville de Christ Church, en français "l'église du

Christ" le jour de la Saint  Longinus du nom de ce soldat romain qui a donné la mort à Jésus, un suprémacisme d'extrême droite blanc assassiner 49 personnes de confessions musulmane.

Inspiré par son séjour en France et les discours racistes islamophobes développés depuis des années dans les médias, de retour dans son pays d'origine, il s'est autorisé a assassiner lâchement plus de 49 personnes sans défense dans une mosquée au moment de la prière du vendredi.

Que faut-il dire de cet acte barbare ?

Tout d'abord il a été nourri par une haine raciste caractéristiques suprémaciste blanche qui a pris naissance en

Allemagne nazie.

Le choix de la date n'est certainement pas un hasard, une date qui a beaucoup résonné dans l'action des nazis tout au long de leur parcours politique. Je vous laisse faire des recherches c'est édifiant.

Mais surtout pour les musulmans, le vendredi jour de la grande prière et jours férié, ce criminel était assuré de faire un maximum de victimes.

Criminel et lâche parce qu'il a assassiné des gens paisibles qui allaient juste en prière dédier ce moment à Dieu.

Criminel et lâche parce que bien évidemment dans les mosquées il n'y a pas d'armes pour faire face à ce genre d'acte terroriste, mais surtout criminelle et lâche parce que rien ne pouvait motiver cette barbarie si ce n'est une idéologie mortifère développée tout au long du 20ème siècle et qui a trouvé son point d'orgue chez Adolf Hitler.

De son propre aveu, il a expliqué à la police au moment de son interpellation qu'il ne cherchait pas à mourir en martyr. Tout comme Handers Breivik son supremacisme a été largement nourri des discours que l'on dit islamophobes mais qui en vérité sont de vulgaires discours racistes qu'il a nourri lors de son séjour en France, ce qui lui a permis de constater qu'il y avait une invasion migratoire qui mettait en danger la race blanche.

Le pays des Lumières va ressortir bien terni par cette image de massacres dont les motivations criminelles ont pris naissance en France.

Cela fait des années que nous nous alarmions du potentiel risque de massacres dans des lieux de culte musulmans et malheureusement c'est de nouveau arrivé après le massacre de la mosquée massacre du Caveau des Patriarches Baruch Goldstein.

La responsabilité de toutes les dérives racistes tenues par des idéologues de tout bord doit être questionnée et si besoin poursuivie.

Les trois dernières polémiques cette semaine concernant les enfants djihadistes, le hijab sportif et pour finir cette jeune fille que l'on a humilié en lui refusant un poste de vendeuse en raison de son voile donne un petit aperçu de l'ambiance générale qui caractérise l'hystérie médiatique concernant les arabo-musulmans.

La mutation du racisme vers l'islamophobie a permis la libération de la parole raciste dissimulée derrière un discours critique de la religion.

Il faut que l'hypocrisie cesse et que la loi s'applique au même titre qu'on l'a appliqué concernant le racisme anti-juif qui est aussi lié à une religion.

 

 

Quand les mots deviennent des balles, Il ne reste plus que des larmes.

 

 

Je demande d'observer une minute de silence à la mémoire de ces martyrs assassinés le jour de la grande prière du vendredi.

 

Paix à leur âme.

Posté par gamalabina à 19:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2019

Le retrait de Bouteflika, une ruse ? Les Algériens joyeux... mais prudents (VIDEOS)

 

Le retrait de Bouteflika, une ruse ? Les Algériens joyeux... mais prudents (VIDEOS)

Si des scènes de joie ont éclaté après l'annonce d'Abdelaziz Bouteflika, qui renonce à briguer un nouveau mandat, certains observateurs appellent les Algériens à la prudence. Et pour cause, le président a étendu, de fait, son quatrième mandat.

https://francais.rt.com

«C'est la même équipe qui fait une sorte de recyclage», estime ainsi Gamal Abina, militant associatif et réalisateur interrogé par RT France. Celui-ci se montre sceptique sur la proposition de transition politique pilotée par le camp présidentiel, qui a promis d'établir une nouvelle Constitution soumise à référendum.

Posté par gamalabina à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2019

Mon avis tranché sur France Maghreb 2 - Le Grand Forum le 12/03/19 : Bouteflika renonce au 5ème mandat

Algérie, un nouveau chapitre

Le 11 mars 2019 fin de journée et tombait une information qui semblait inespérée. Abdelaziz Bouteflika a fini par renoncer à ce 5e mandat.

Sans doute le mandat de trop qui a fait déborder le vase pour une jeunesse algérienne en demande d'avenir et de rupture avec le passé. Au terme de 3 semaines de mobilisation, le système FLN RND a semble-t-il enfin fini par comprendre que la « hogra » ne pouvait plus durer. 

Je dis "semble-t-il" parce qu'au lendemain de cette annonce la jeunesse ne s'y est pas trompé il fallait être vigilant et ne pas se faire à nouveau avoir par une manœuvre grossière destinée à gagner du temps face à une grogne populaire qu'il n'a pas oublié  qu'en 2011 aussi on nous avait promis une réforme constitutionnelle qui devait changer les choses.

La presse algérienne titrait : Attention à une nouvelle ruse. 

Avant ce recul, déjà le palais d'El Mouradia avait proposé que l'élection se fasse pour une durée de 1 an avant un l'organisation nouveau scrutin. Là aussi c'était une stratégie de gain de temps grossière qui n'avait aucune chance d'être entendue.

Jouer la montre pour des diplomates chevronnés comme le sont les Algériens n'est pas vraiment une nouveauté. Jouer la stratégie de la peur et de la tension en annonçant les risques de dérapage, de terrorisme, d'instrumentalisation n'a pas non plus porté ses fruits.

Aujourd'hui le peuple algérien a su démontrer avec un calme et une sérénité incomparable dans le monde arabe que l'Algérie est et  restera toujours un modèle d'insoumission et de dignité. Son comportement fait honneur au million et demi de martyrs de la révolution de 1954. 

Finalement ce que l'on retiendra de cette immense mobilisation populaire nationale et internationale c'est que le peuple algérien a acquis une maturité que personne n'osait plus espérer.

 

Tahia Djazair  

Posté par gamalabina à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


France Maghreb 2 - Le Grand Forum le 12/03/19 : Bouteflika renonce au 5ème mandat

 

 

Ajoutée le 12 mars 2019
Le grand forum #LGF l'info autrement. #QuestionDuLGF : Abdelaziz Bouteflika ne sera pas candidat à un 5eme mandat mais prolonge le 4eme mandat. La mobilisation doit-elle continuer jusqu’au changement de pouvoir? on en parle avec Audrey PRONESTI et Gamal ABINA. Avis tranché de gamal et audrey.

Posté par gamalabina à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2019

Algérie : «C'est la même équipe qui fait une sorte de recyclage»

 

 

Ajoutée le 12 mars 2019
Entretien du 12/3/2019 avec Gamal Abina, militant associatif et réalisateur. Il analyse la situation politique en Algérie depuis le renoncement d'Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat. Il se montre sceptique sur la proposition de transition pilotée par le camp présidentiel, mais salue la «maturité politique» du peuple algérien qui a manifesté dans les rues. #Algérie #AbdelazizBouteflika #manifestations

Posté par gamalabina à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2019

France Maghreb 2 - Le Grand Forum le 07/03/19 : Gilet Jaune, une police plus violente ?

 

Ajoutée le 9 mars 2019
Le grand forum, l'info autrement. #LaQuestionDuLGF : L’ONU réclame une enquête sur « l’usage excessif de la force » par la police pendant les manifestations des gilets jaunes. La France doit-elle être condamnée? on en parle avec Yasser louati et Gamal ABINA. “Camps de concentration en Chine: Après le Tibet, les musulmans Oïghours” avis tranché à suivre de Yasser LOUATI. Directe depuis alger avec Amina LAKRI à la veille d'une grand manifestation dans tout le pays. Le zapping, les infos zappées et le Grand débat en fin d'émission.

Posté par gamalabina à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2019

Algérie, le peuple qui à dit NON !

 

Algérie, le peuple qui à dit NON !

 

 Le peuple qui dit NON !

Algérie, Algérie. On a tout dit de ce pays et finalement on en sait si peu.

L'Algérie, c'est d'abord la colonisation, la spoliation, l'humiliation, la destruction et finalement la Libération.

L'Algérie, c'est ensuite l'espoir du tiers-monde qui accède à sa libération

L'espoir d'un pays non aligné qui va rencontrer des grandes nations nouvellement Libérées.

L'espoir des révolutionnaires du monde entier, qui ont trouvé une nouvelle Mecque ayant pour capitale Alger

L'espoir d'une nouvelle économie basée sur les industries industrialisantes soutenues par une rente pétrolière bénéficiant de la première crise de 1973

L'espoir de tout un peuple derrière ses jeunes dirigeants innovants fiers et indépendants.

Mais l'Algérie, c'est aussi un pays dépendant de cette même rente pétrolière et gazière, sujet aux aléas climatiques des marchés financiers.

De la fièvre des crises pétrolières à une chute abyssale des contre-chocs pétroliers.

Le thermomètre de la santé économique du pays, c'est le prix du cours du pétrole, du gaz et du dollar.

Puis avec l'argent, l'Algérie est devenue un pays gangrené par la corruption, beaucoup plus visible qu'ailleurs, parce que beaucoup plus riche de ses réserves d’hydrocarbure.

Un pays qui connaîtra une crise violente dans les années 90, consécutive une fois encore à la chute des cours du baril.

L'Algérie, c'est encore le retour de vieilles figures révolutionnaires, comme Mohamed Boudiaf où Abdelaziz Bouteflika rappelé par l'armée, tels des hommes providentiels, destinés à redonner une légitimité à un pouvoir largement discrédité.

Puis à nouveau dans les années 2000, l'Algérie c'est le retour de l'opulence avec une relance économique par l’or noir, destiné à calmer la fronde sociale et à reconstruire ce qui a été détruit pendant la décennie noire.

Et enfin l'Algérie, c'est à nouveau une crise pétrolière en 2014, qui va faire basculer tous les espoirs des dirigeants, d'acheter la paix sociale et leur légitimité à la suite d’un nouveau vent de  panique des révolutions arabes de 2011 et 20 ans après la crise de 94 qui mettait l'Algérie sous tutelle du FMI.

Mais l'Algérie, c'est surtout, aujourd'hui, un homme malade frappé par une attaque cérébrale en 2013 et qui n'a jamais recouvré les facultés nécessaires au bon fonctionnement de l'exercice du pouvoir, de la part du président resté  « omni-absent »  durant  les 5 années de son 4ème mandat.

L'Algérie est malade, avec un président malade et un peuple impatient qui veut un changement immédiat. Sans haine et très discipliné les algériens manifestent leur désarroi et refusent ce 5ème mandat.

L'Algérie, c'est finalement un peuple qui a dit non à la colonisation, non à l'humiliation, non à la fatalité et non à cette nouvelle élection d'un homme qui n'est plus que l'ombre de lui-même.

L'Algérie, c'est bien un peuple qui dit non, car finalement pendant la Révolution cela a été écrit et je le répète : "Un seul héros le peuple". 

Un peuple qui a dit non ! 

 

Gamal Abina

Nous aussi le 10 mars allons dire non au 5ème mandat à Paris, Place de la République pour appeler que l'Algérie n'est pas une monarchie mais une République.

 

Posté par gamalabina à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Algérie, le peuple qui à dit NON !

 Le peuple qui dit NON !

Algérie, Algérie. On a tout dit de ce pays et finalement on en sait si peu.

L'Algérie, c'est d'abord la colonisation, la spoliation, l'humiliation, la destruction et finalement la Libération.

L'Algérie, c'est ensuite l'espoir du tiers-monde qui accède à sa libération

L'espoir d'un pays non aligné qui va rencontrer des grandes nations nouvellement Libérées.

L'espoir des révolutionnaires du monde entier, qui ont trouvé une nouvelle Mecque ayant pour capitale Alger

L'espoir d'une nouvelle économie basée sur les industries industrialisantes soutenues par une rente pétrolière bénéficiant de la première crise de 1973

L'espoir de tout un peuple derrière ses jeunes dirigeants innovants fiers et indépendants.

Mais l'Algérie, c'est aussi un pays dépendant de cette même rente pétrolière et gazière, sujet aux aléas climatiques des marchés financiers.

De la fièvre des crises pétrolières à une chute abyssale des contre-chocs pétroliers.

Le thermomètre de la santé économique du pays, c'est le prix du cours du pétrole, du gaz et du dollar.

Puis avec l'argent, l'Algérie est devenue un pays gangrené par la corruption, beaucoup plus visible qu'ailleurs, parce que beaucoup plus riche de ses réserves d’hydrocarbure.

Un pays qui connaîtra une crise violente dans les années 90, consécutive une fois encore à la chute des cours du baril.

L'Algérie, c'est encore le retour de vieilles figures révolutionnaires, comme Mohamed Boudiaf où Abdelaziz Bouteflika rappelé par l'armée, tels des hommes providentiels, destinés à redonner une légitimité à un pouvoir largement discrédité.

Puis à nouveau dans les années 2000, l'Algérie c'est le retour de l'opulence avec une relance économique par l’or noir, destiné à calmer la fronde sociale et à reconstruire ce qui a été détruit pendant la décennie noire.

Et enfin l'Algérie, c'est à nouveau une crise pétrolière en 2014, qui va faire basculer tous les espoirs des dirigeants, d'acheter la paix sociale et leur légitimité à la suite d’un nouveau vent de  panique des révolutions arabes de 2011 et 20 ans après la crise de 94 qui mettait l'Algérie sous tutelle du FMI.

Mais l'Algérie, c'est surtout, aujourd'hui, un homme malade frappé par une attaque cérébrale en 2013 et qui n'a jamais recouvré les facultés nécessaires au bon fonctionnement de l'exercice du pouvoir, de la part du président resté  « omni-absent »  durant  les 5 années de son 4ème mandat.

L'Algérie est malade, avec un président malade et un peuple impatient qui veut un changement immédiat. Sans haine et très discipliné les algériens manifestent leur désarroi et refusent ce 5ème mandat.

L'Algérie, c'est finalement un peuple qui a dit non à la colonisation, non à l'humiliation, non à la fatalité et non à cette nouvelle élection d'un homme qui n'est plus que l'ombre de lui-même.

L'Algérie, c'est bien un peuple qui dit non, car finalement pendant la Révolution cela a été écrit et je le répète : "Un seul héros le peuple". 

Un peuple qui a dit non ! 

Nous aussi le 10 mars allons dire non au 5ème mandat à Paris, Place de la République pour appeler que l'Algérie n'est pas une monarchie mais une République.

 

 

L’Algérie c’est trois dates, 1 novembre 1954, 5 octobre 1988 et 22 février 2019.

Posté par gamalabina à 13:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]