gamal abina

Débat Elisabeth Levy Gamal Abina

Débatteurs :
- Elisabeth Levy, journaliste, polémiste, essayiste et directrice de la rédaction de Causeur
- Gamal Abina, militant associatif, chef d'entreprise et réalisateur
- Emmanuel Dupuy, délégué général des centristes et président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE)
- Karim Allouache, financier, directeur Moyen-Orient et Afrique du Nord chez CACEIS et acteur de la polique auprès de LREM
Log into Facebook

Log into Facebook to start sharing and connecting with your friends, family, and people you know.

https://www.facebook.com

 

Posté par gamalabina à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 mai 2021

Le face-à-face – Pour ou contre le voile sur les affiches électorales ? Jean Messiha et Gamal Abina.

 

Log In or Sign Up to View

See posts, photos and more on Facebook.

https://www.facebook.com
Le face-à-face – Pour ou contre le voile sur les affiches électorales ?
🔎 Le délégué général de LREM a demandé aux candidats du canton de Montpellier 1 de revoir leur affiche électorale jugée incompatible avec les valeurs du mouvement. En cause : la remplaçante d'un candidat porte le voile. Le voile est-il vraiment incompatible avec les valeurs de LREM, comme l’affirme Stanislas Guérini ? Décryptage avec nos invités : Jean Messiha, président du cercle de réflexion Institut Apollon et Gamal Abina, co-fondateur du Mouvement des droits civiques.

Posté par gamalabina à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2021

Pour ou contre - la confédération Millî Görüs en #France

La France doit-elle interdire la confédération Millî Görüs ? Gamal Abina, cofondateur du mouvement Les droits civiques et Guylain Chevrier, enseignant et docteur en histoire, en débattent.

 

Posté par gamalabina à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2021

Beur FM @Beurfm le Grand Déballage (16h-18h)

 

 

https://news.google.com/topstories?hl=fr&gl=FR&ceid=FR:fr

https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-ce-qui-change-a-lyon-lille-grenoble-et-saint-etienne-desormais-en-alerte-maximale-10-10-2020-8400219.php

https://www.leparisien.fr/

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/mali/retour-de-sophie-petronin-en-france-le-president-ecarquillait-les-yeux-elle-avait-envie-de-lui-raconter-plein-de-choses-temoigne-son-fils_4135351.html

https://www.francetvinfo.fr/

https://www.valeursactuelles.com/societe/les-200-djihadistes-liberes-pour-delivrer-sophie-petronin-vont-reprendre-les-armes-immediatement-124499

https://www.valeursactuelles.com/

https://www.liberation.fr/

https://www.huffingtonpost.fr/

https://www.lemonde.fr/

https://www.bfmtv.com/

https://www.france.tv/

https://www.france.tv/

https://www.20minutes.fr/

https://www.lci.fr/

https://www.lci.fr/

https://www.boursorama.com/

Posté par gamalabina à 13:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2021

Interview de Sophia AYache sur son action en justice sur la question du Covid 19.

Bonjour Sophia, pourriez-vous nous dire qui vous êtes en quelques mots, vos fonctions passées et ce que vous faites actuellement ?

Bonjour, merci de m'avoir proposé cet échange qui permet de mettre en lumière mon combat. Je m'appelle Sophia Ayache, j'exerce en qualité de psychologue dans le domaine des risques psychosociaux, la prévention routière et j'assure également des accompagnements dans le cadre de thérapies brèves. J'ai été élue durant six années, de 2014 à 2020 en qualité d'adjointe au maire à Montpellier et les délégations qui m'ont été confiées sont la jeunesse, la vie étudiante et le handicap ; des missions que j'ai exercé avec un réel enthousiasme. 

 Pouvez-vous nous exposer ce qui vous est arrivé durant la première vague au moment où vous étiez conseillère municipale, comment vous avez contracté le coronavirus et quand vous l'avez transmis à vos parents. Quel était votre sentiment général à l'époque lorsque vous avez participé à l'organisation du premier tour pour des élections municipales de mars 2020 ? Est-ce que vous étiez en confiance quand on vous a donné les directives pour aller aux élections, et est-ce que vous mesuriez les risques que vous preniez par rapport à cette maladie qui malheureusement a emporté votre père.   
Pour ce qui est du contexte de contamination, je pense que je vais d'abord recadrer les choses sur un plan beaucoup plus général. Donc, durant le mois de mars 2020, je pense qu'il est important de resituer ce contexte là et préciser que nous avons tous été confrontés à un stress qui était généré par une nouvelle situation qui était particulièrement anxiogène et lié à cette pandémie et ce stress a été majoré par des stratégies de communication perverses émanant de l'État et qui étaient basées sur du déni, du double discours, des injonctions paradoxales du silence et cetera. 

Le maintien des élections dans un espace clos est une illustration de ces injonctions complètement paradoxales puisque, on a assisté à la fermeture des bars, des écoles et cetera. La veille, mardi ils avaient annoncé un confinement total et le dimanche, ils ont maintenu les élections, en spécifiant accessoirement que le masque ne servait à rien. Donc nous, nous avons signalé par courrier qu'il n'était pas raisonnable de maintenir les élections. Nous avons donc tiré la sonnette d'alarme, on n'a eu aucun retour. Moi pour ma part, j'ai mobilisé 20 bénévoles qui, par amitié ou par engagement se sont rendus dans les bureaux de vote avec le ventre noué, en étant très angoissés et certains ont malheureusement contracté le covid après le bureau de vote sur lequel je les avais positionné, bon pour ma part j'ai appliqué les mesures sanitaires étant adjointe à cette période-là, j'ai donc présidé un bureau de vote j'ai appliqué toutes les mesures sanitaires mais qui s'avéraient insuffisante puisqu'on était dans un espace clos, les citoyens n'avait pas de masques.
Le masque qu'on portait, le masque chirurgical protège les autres mais sans fiabilité pour soi. Il y a eu des contacts indirects, la manipulation des rideaux, des isoloirs, le toucher au niveau des surfaces et cetera et donc pour moi il s'agit clairement d'une faute et c'est au  juge effectivement et à la justice d'évaluer si cela relève du pénal mais au nom du bon sens en sachant que le deuxième tour n'aurait pas lieu, la protection des citoyens aurait dû être une priorité.

À la suite du drame, comment avez-vous vécu ces instants difficiles et qu'est-ce qui vous a conduit et motivé à entamer une action en justice contre le gouvernement. 
Pour ce qui est de ma démarche, eh bien, j'ai déposé plainte pour abstention volontaire à mettre en place les mesures permettant de combattre un sinistre et blessures involontaires et homicide involontaire, donc j'ai été entendue en Cour de Justice puisque sur 179  plaintes, 12 ont été retenues, dont la mienne et j'ai déposé plainte suite au décès de mon père et à de nombreux dysfonctionnement auxquels on a tous été confrontés.
J'ai été contaminée lors des élections, j'ai contaminé ma mère qui a été hospitalisée et sauvée grâce au protocole du professeur Raoult et puis elle a contaminé mon papa qui malheureusement est décédé le 4 avril 2020. Donc, compte tenu de ce décès mais aussi de tous les paradoxes, mensonges incohérences auxquels on a été confrontés et qui ont généré des conséquences plus ou moins lourdes pour tous les citoyens et face à l'inacceptable, je me suis questionnée et le seul moyen d'obtenir des réponses était d'avoir recours à une démarche en justice afin que la vérité soit révélée à tous les français.
Voilà ça c'est mon principal objectif. Le deuxième objectif c'est effectivement que, si les infractions supposées sont qualifiées en termes de responsabilité pénale, j'attends que les ministres puissent répondre de leurs actes et qu'ils soient sanctionnés. Qu'ils prennent aussi conscience que toutes les décisions qu'ils peuvent prendre peuvent aussi être soumises à examen au niveau de la justice et que l'on ne peut pas prendre des décisions à l'emporte-pièce, et puis j'espère que cette démarche permettra de prendre conscience et de tirer des leçons de ces défaillances sur le plan politique et puis au niveau plus large j'espère notamment une amélioration au niveau du système de santé.
 
Vous étiez engagée sur une liste citoyenne indépendamment de votre 'couleur' politique, quelles démarches avez-vous initié et quelle fut la réception face à votre plainte devant la justice. Quels ont été vos soutiens, et est-ce que vous avez eu  le sentiment d'avoir été suivie par beaucoup de gens ayant subi la même chose. Est-ce que vous avez le sentiment de 'porter' la douleur de pas mal de personnes dans votre combat et est-ce que vous espérez obtenir gain de cause dans un délai raisonnable? 
Pour finir quel espoir avez-vous concernant votre action? Qu'est ce que vous attendez par rapport à une condamnation possible des acteurs politiques dont la plupart étaient 'informés' de la situation. 
 
Donc, j'ai été reçue par la Cour de Justice au mois de janvier 2021, le magistrat qui m'a accueillie, a été très réceptif, il a décortiqué l'ensemble des éléments. Je peux vous assurer qu'ils sont déterminés à faire émerger la vérité et à identifier les éventuelles responsabilités pénales, donc je reste optimiste et confiante.
En terme d'échéance,  donc il faut prévoir une prochainement une expertise médicale ensuite au mois de septembre madame Buzyn monsieur Véran et Monsieur Édouard Philippe seront entendus par la Cour de Justice et on aura une issue en fin d'année 2021
Mon combat s'actualise aussi autour d'une association. Donc j'ai créé l'association Covid-19 Montpellier, nous sommes sollicités par des personnes qui souffrent d'isolement, des personnes qui souffrent de symptômes post covid pour l'avoir vécu et séjourné plusieurs fois aux urgences et je n'avais pas pu avoir des réponses claires et j'ai dû solliciter de nombreux professionnels, des ophtalmologues,  j'ai eu une rééducation jusqu'au mois de début septembre pour pouvoir remarcher parce que j'avais perdu ma mobilité. J'ai dû rencontrer un gastro-entérologue, cardiologue, pneumologue, neurologue au service de médecine de rééducation à l'hôpital, un angiologue, enfin voilà les symptômes post covid étaient très lourds et très polymorphes, donc voilà on a ouvert une écoute pour les personnes pour les personnes qui ont besoin de soutien psychologique durant cette phase là, les personnes isolées et puis cette période génère de la souffrance à différents degrés pour des raisons de santé mais aussi pour des raisons économiques, de deuil et donc pour les plus vulnérables c'est une période qui est particulièrement agressive et donc on apporte notre aide à la fois psychologique et puis une aide concrète à travers des actions solidaires, notamment de la distribution de produits de première nécessité pour les étudiants, on réalise des maraudes auprès des SDF on distribue des masques aux SDF qui malheureusement ont été verbalisés pour non port du masque ce que je trouve scandaleux et voilà donc je continue mon combat sur le terrain à Montpellier

  En conclusion, sachant que c'est une démarche qui va durer des années, en fonction des différents recours. Qu'est-ce que vous attendez à titre personnel alors que vous avez quitté la politique, envisagez-vous un retour ?    
Pour ce qui est de mon ambition, mes projets ou mes objectifs sur le plan politique...Je n'ai pas d'objectifs politiques, j'ai une expérience de six années très enrichissantes et je me suis engagé parce que voilà, le mouvement dans lequel je me suis retrouvée qui était libre, constitué de citoyens avec une tendance à gauche et un représentant qui était Philippe Saurel qui était intègre, droit et qui partageait les mêmes valeurs que moi m'ont motivé à m'impliquer, mais compte tenu du paysage politique actuel, je n'ai pas d'objectifs à ce niveau-là.
Je suis inquiète d'un point de vue politique, je suis vraiment inquiète de la politique menée actuellement et par ces stratégies de focaliser sur des sujets je sais pas religieux et autres qui permettent d'éviter les sujets réels dont le gouvernement est responsable. Je ne comprends pas ce qui se passe au niveau des vaccins. Il y a eu certes beaucoup de thromboses mais depuis trois mois les médecins et pharmacies attendent les vaccins, je ne sais pas ce qu'il en est pour les étudiants. Les étudiants se retrouvent complètement exsangues, sans jobs étudiants.
Je sais pas, cela aurait été le minimum de leur raccorder un "RSA jeunes" cela n'aurait pas coûté très cher. En rétablissant l'ISF complet cela aurait peut-être permis de prévenir tous les suicides qu'il y a eu, de pouvoir leur permettre d'étudier dans des conditions plus confortables mais malheureusement la politique actuelle est de satisfaire les très très riches et je suis effarée par les bénéfices faramineux des milliardaires et leur maigre contribution à participer,, à pouvoir permettre aux plus vulnérables de tenir en cette période de crise.
Je me questionne sur les écoles qui restent ouvertes alors qu'on se contamine. Il était question de tests salivaires, mais apparemment il n'y a pas assez de tests donc il y aurait une sélection arbitraire de quelques écoles. Donc la situation est complètement chaotique.
Et puis ce qui m'inquiète également ce sont les hôpitaux qui ferment leurs lits et qui évoluent dans des conditions lamentables, autant les patients que le personnel. Je contacte très régulièrement le personnel qui manque cruellement de moyens humains et financiers et une toute petite revalorisation au niveau des salaires mais qui reste nettement inférieure à ce qui se pratique dans les pays voisins en Europe.
Je trouve que la politique actuelle qui est menée repose sur un déni de la réalité. Il n'y a eu aucun mea culpa, aucune remise en question. Voilà, ils préservent - je pense- l'économie au détriment de la santé publique et là, moi ce qui m'inquiète et ce qui m'insurge c'est qu'il va falloir trier dans les prochaines semaines parce que le nombre de lits a été diminué et je suis scandalisée et très inquiète pour la suite.
Propos recueillis par Gamal Abina. 

Sophia Ayache

Posté par gamalabina à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


#المغاربية_قناة_الشعب "Relations algéro-françaises : De l'eau dans le gaz"

https://www.youtube.com/watch?v=7Y0XotibHzk

Posté par gamalabina à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2021

Annulation de la visite de Castex en Algérie : débat entre Gamal Abina et Rémi Tell

Débat du 10/04/2021 avec Gamal Abina, cofondateur du Mouvement des droits civiques, et Rémi Tell, analyste politique et fondateur de Marianne Conseil. Ils étaient invités à débattre de l’annulation de la visite du Premier ministre français Jean Castex en Algérie. Un voyage reporté à la demande du gouvernement algérien, officiellement à cause de la situation sanitaire. Mais cette décision aurait des raisons diplomatiques. Alger aurait notamment été froissé par la taille de la délégation française, revue à la baisse. Autres sujets épineux : le Sahara occidental et la couverture médiatique en France du mouvement d’opposition «Hirak». #Algérie #Castex Abonnez-vous à la chaîne YouTube de RT France : https://www.youtube.com/rtenfrancais RT en français : http://rtfrance.tv Facebook : https://www.facebook.com/RTFrance Twitter : https://twitter.com/rtenfrancais Instagram : https://www.instagram.com/rtfrance/

Log In or Sign Up to View

See posts, photos and more on Facebook.

https://www.facebook.com

 

Posté par gamalabina à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2021

Retrait de la loi séparatisme.

 

Signez la pétition

Stop à l'islamophobie d'État ! Le sénat vient de voter l'interdiction du port du hijab pour les mères accompagnatrices, l'interdiction du burkini dans les piscines et espaces de baignade publics ainsi que l'interdiction de port de signes religieux pour les mineures dans l'espace public. L'heure est extrêmement grave.

https://www.change.org

Stop à l'islamophobie d’État !


Le sénat vient de voter l’interdiction du port du hijab pour les mères accompagnatrices, l’interdiction du burkini dans les piscines et espaces de baignade publics ainsi que l’interdiction de port de signes religieux pour les mineures dans l’espace public.


L’heure est extrêmement grave. Le point de non-retour est atteint.

Profitant de nos émotions suscitées par des actes terroristes, le gouvernement, l'Assemblée Nationale et le Sénat continuent d'accuser et d'instrumentaliser l'islam, nos pratiques religieuses, nos corps. Ils s'attaquent à nos dignités et à nos libertés y compris de conscience, en instaurant toujours plus de restrictions, de contraintes et d'obligations pour les personnes musulmanes – notamment pour les femmes – faisant de nous des ennemis de l'intérieur. La loi contre ledit « séparatisme » ou « confortant les principes républicains » est une attaque sans précédent contre les droits des musulmans et musulmanes à pratiquer librement leur religion.


Nos enfants sont en danger. Et ce n’est pas l’islamisme qui les menace comme voudraient le faire croire les théories complotistes de notre gouvernement, mais bien l’État lui-même qui, dans ses institutions, notamment par le biais du projet de loi contre ledit séparatisme, légalise, normalise et amplifie les discriminations visant les femmes qui portent le voile. Depuis la loi de 2004, les mesures restrictives visant les femmes portant le foulard – qu’elles soient élèves, étudiantes, mères – ne cessent de s’empiler.


Avec ces lois, ce sont les femmes musulmanes que l’on cherche à contrôler, mais aussi nos enfants que l’on veut priver d’éducation et que l’on traumatise par d’innombrables scènes humiliantes et déshumanisantes.


Avec cette loi, le gouvernement Macron savait qu'il ouvrait plus grand encore la boîte de Pandore permettant une surenchère raciste sans fin. Le président de la République avait déjà déclaré que « le voile n'est pas conforme à la civilité dans notre pays ». Son gouvernement avait lancé la chasse aux soi-disant « signaux faibles de radicalisation » pour en réalité donner un signal fort aux franges électorales les plus racistes.


Plus que jamais, nous affirmons que les musulmans et musulmanes de ce pays ne seront pas les marchepieds des candidats à l’élection présidentielle qui portent ou alimentent les discours et les lois islamophobes.

Nous scruterons les propos et programmes électoraux des uns et des autres pour dénoncer localement et nationalement les postures islamophobes.

Après avoir rassemblé ce dimanche 21 mars, des milliers de personnes dans les rues de grandes villes en France, nous poursuivons avec le Front contre l'islamophobie et pour l'égalité des droits pour tou-te-s, notre combat pour exister à égalité de traitement et de droits.


Pour s’opposer à la loi contre le prétendu séparatisme !

Pour élever nos voix contre la surenchère islamophobe qui nous prive de nos droits fondamentaux !

Pour notre dignité et celle de nos enfants !

Quant à nous autres qui ne sommes pas visés par cet islamophobie d’État, nous sommes solidaires de ce texte porté par les premiers et premières concernés.


Premiers signataires :

Gamal Abina, journaliste France Maghreb 2

Nadine Acoury, traductrice

Siham Andalouci, correctrice

Salah Amokrane, militant associatif

Verveine Angeli, militante syndicale et associative

Noureddine Aoussat, universitaire et imam

Sihame Assbague, journaliste et militante

Djamel Atallah, consultant en médiation urbaine

Jawad Bachare, militant antiraciste

Sana Belaïd, militante ALCIR

Youssra Ben Hamida, militante ALCIR

Sami Ben Jaffel, militant antiraciste

Farid Bennaï, militant FUIQP

Fatima Bent, présidente de Lallab

Amel Bentounsi, collectif Urgence notre police assassine

Djamel Blanchard, militant des quartiers populaires et activiste décolonial et antiraciste

Saïd Bouamama, militant FUIQP et sociologue

Nadia Bouchenni, journaliste

Messaoud Boudjenoun, journaliste et écrivain

Abdelaziz Chaambi, président du CRI

Ismahane Chouder, enseignante et formatrice, féministe antiraciste

Sonia Dayan-Herzbrun, sociologue et professeur émérite à l’Université de Paris

Christine Delphy, féministe, antiraciste et sociologue

Laure Deroo, chargée de communication et militante MFJE

Issa Diara, militant BAN

Eric Fassin, sociologue à l’Université Paris VIII

Isabelle Garo, enseignante

Karima Ghaleb, infirmière et militante MFJE

Youssef Girard, historien

Nacira Guénif, professeure de sociologie et anthropologie à l’Université Paris VIII

Michelle Guerci, journaliste

Awa Gueye, collectif justice et vérité pour Babacar Gueye

Alain Gresh, journaliste

Fadoua Hachimi, militante ALCIR

Malika Hamidi, auteure et sociologue (EHESS)

Saad Jouini, militant décolonial et rédacteur en chef à Décolonial News

Widad Kefti, journaliste

Souad Khaldi, traductrice

Abdel-Wahab Ladmia, militant antiraciste

Fahima Laidoudi, militante politique anticapitaliste

Olivier Le Cour Grandmaison, politologue

Franco Lollia, militant BAN

Nadia Louachi, militante FUIQP

Yasser Louati, président du CJL

Majdelil, militante FUIQP

Muhammad Miftah al Naïm, militant des quartiers populaires

Samir Mile, juriste

Farid Omeir, enseignant, membre de l'UDMF

Virginie Proton, militante MFJE

Ali Rahni, éducateur spécialisé et militant associatif Roubaix

AbdouRahmane Ridouane, président de la mosquée de Pessac (Bordeaux)

Jocelyne Rajnchapel-Messaï, militante ALCIR

Claire Reinhardt, déléguée des parents d’élèves et militante MFJE

Moungi Rouaiguia, responsable CRI Marseille

Zakaria Seddiki, consultant et conférencier

Omar Slaouti, militant FUIQP

Alioune Traoré, militant CSP 75

Liesel Trunzler, consultante juridique et militante pour les droits humains

Vanessa Vincenza, militante MFJE

Posté par gamalabina à 20:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2021

Réponse à l'obscur dentiste de Marseille : Salim Laïbi.

Le retour de

Salim Laïbi LLP

l'obscur dentiste de Marseille.  

Notre fourbe dentiste, non content de continuer sa diffamation publique, vient de répondre à l'article de Causeur dans lequel il est question de ses hauts faits d'armes.  

Salim Laïbi, le fourbe d'Extrême droite, le pleutre manipulateur et menteur qui tente une défense hors sujet, est pathétique.  

Il commence par un premier mensonge, en disant qu'il ne s'était pas précipité chez le professeur Raoult à Marseille, pour prendre sa dose de chloroquine.  

Eh oui, ce petit plaisantin aime jouer sur les mots ! Il s'est bien précipité chez le professeur pour prendre de " l'hydrochloroquine ", dont le journaliste a fait un  raccourci en utilisant le terme galvaudé de chloroquine ; quel mensonge ! 

Notre dentiste youtubeur, présentant ça comme un mensonge, un avocat se serait bien amusé de cette réponse.

Ensuite, comme le fieffé manipulateur qu'il est, il va parler de mon intervention dans l'article en évitant soigneusement le fond,  insistant sur le fait que je serais quelqu'un de vulgaire. De la part d'un maître en vulgarité, c'est presque un compliment.  

Puis il va directement sur les attaques personnelles disant, aujourd'hui que je ne suis pas journaliste mais un simple chroniqueur à Radio France Maghreb 2. 

J'en suis heureux. La dernière fois qu'il parlait de moi, j'étais juste un "troll" qui lui apportait la contradiction, à la suite de sa derniere venue dans notre radio pour presenter la sortie de son infâme ouvrage, "Ils aiment l'islam", dans lequel il cite Adolf Hitler et tout un tas de personnes d'Extrême droite. J'ai évolué apparemment. 

Je suis heureux d'apprendre que je suis passé de "troll" à "chroniqueur" sur une seule radio. Il y a du changement mais manifestement ce youtubeur à la manque, semble oublier que je travaille aussi à Beur FM et que je suis consulté par des médias nationaux et internationaux.  

En outre, il semble mieux me connaître que moi-même, puisqu'il sait que je n'ai pas de carte de presse, alors qu'il n'a pas accès à mon portefeuille.  

IL voudrait voir un de mes articles, alors qu'il n'a même pas pris la peine de vérifier que j'en ai posté toute une série sur plusieurs sites d'informations.  Mais pour cela il faudrait qu'il lise et qu'il arrete de regarder la TV comme le gamin qu'il est. 

Je  n'épiloguerai pas là-dessus, tellement c'est pathétique.  

Il me présente aussi comme un très mauvais dessinateur. Eh oui, c'est tout nouveau, ça vient de sortir. Le dentiste expert en tout, est capable de juger de la qualité d'un dessinateur, lui qui ne sait rien faire de ses dix doigts. Ce raté qui a recruté un graphiste extrêmement basique, vient nous expliquer qu'il est en mesure de juger de la qualité de mes dessins. Si ce n'est pas la blague du siècle ça y ressemble ! 

Il finit de façon magistrale, en osant dire, lui qui était amoureux de Dieudonné et de Soral, que je suis un antifasciste ce qui est vrai, mais que j'aurais été copain avec son ex pote Dieudonné, ce qui est un paradoxe absolu.  

Bien évidemment, le tribunal se chargera de juger ses nouveaux propos diffamatoires, mais surtout je rappelle à ce sombre individu aux capacités cérébrales très limitées, que c'est lui qui a passé son temps, au début des années 2010 à faire le guignol avec des quenelles en compagnie de ses copains Dieudonné et Soral 

Là encore, ce menteur parfaitement éligible à l'hôpital psychiatrique, poursuit dans le ridicule en inventant des relations d'amitié qui n'ont jamais existé.  

Il va s'appuyer sur un dessin que nous avions fait, ridiculisant la quenelle, dans un contexte où la presse ne parlait que de cela ! Dans le texte écrit qui accompagne le dessin, je précise bien le ridicule de la chose. Mais en bon antisémite, il va jusqu'à laisser entendre que notre dessin aurait des visées cachées d'antisémitisme. L'obsession du Juif chez lui n'est pas nouvelle, mais là il a pris un risque mal calculé, la justice là aussi, tranchera. 

Je ne suis l'ami d'aucun youtubeur, et encore moins de youtubeur d'Extrême droite comme lui.  

En définitive, ce pauvre décérébré à la mémoire de poisson rouge, va prétendre, que je me serais déshonoré, parce que j'aurais répondu à un site d'extrême droite. La blague du siècle là encore. Lui qui se commettait en conférences avec toute une collection de révisionnistes, antisémites et racistes, lui qui pendant près de 20 ans a insulté l'Algérie et son peuple vient nous parler d'honneur. Un concept parfaitement absent de son petit cerveau de dentiste Moyenâgeux 

L'honneur, monsieur Laïbi n'est pas une chose qui se définit en paroles mais en acte ! Et vous, vos actes parlent pour eux-mêmes.  

La différence entre ce nationaliste français d'adoption, grotesque, bouffi et ridicule, c'est que j'ai toujours été cohérent avec moi-même depuis 40 ans. Pendant que lui et sa famille profitaient généreusement de l'Algérie, en conservant jalousement un pouvoir mal acquis, nous, nous battions pour gagner notre vie. 

Il revient à nouveau dans son petit article de sale gosse, sur une critique qui aurait été formulée par son  petit copain d'extrême droite : Noël Gérard dit Joe le corbeau qui, il y a quelques années m'avait insulté copieusement sur Twitter, alors que je lui avait répondu de façon très courtoise. 

Mes réponses ne lui ayant pas plu, il fabriquera un document chargé d'insultes, afin de me faire passer pour un sauvage, comme son copain Salim Laïbi. Bien évidemment là encore, nous irons au tribunal, afin qu'il s'explique devant un juge dans sa tentative de salir mon honneur, dans son soutien douteux et passionné de Jo la Courbette.

Il concluera par une tentative de justifier son pathétique ouvrage sur l'islam, en expliquant, alors qu'à l'époque il refusait de reconnaître la présence de Adolf Hitler dans ce "bouquin, qu'il a finalement bien mis des citations de personnes de tous les horizons politiques ou intellectuels, jusqu'à l'Extrême droite...Nazie.

Eh oui, ce paillasson de la pensée intellectuelle d'Extrême droite, a considéré qu'il était de bon ton de prendre Adolf Hitler, Léon Degrelle ou encore Arthur de Gobineau, pour défendre l'Islam "d'une idéologie mortifère", je le site, "le sionisme".  

Eh oui, vous ne rêvez pas, tous les islamophobes, pour l'homme des caries, sont sionistes.  

Voilà une pensée profonde chez l'obscur dentiste qui officie à Marseille dans les quartiers nord, profitant généreusement des subsides de l'État, afin de soigner les dents de malades qui n'auraient pas les moyens de se payer des dentistes non conventionnés 

Obscurantiste dentiste dans toute sa splendeur, menteur comme un arracheur de dents, fieffé manipulateur mais surtout, et c'est le pire, convaincu de ce qu'il raconte.  

J'ai eu l'occasion de faire l'article de 22 pages, eh oui je fais des articles, sur cet hurluberlu d'extrême droite, mais prochainement je ferai un dernier article, beaucoup plus parodique, dans lequel je me bornerai à me moquer de lui avec un dessin qu'il va certainement détester, mais contre lequel il n'aura jamais les capacités de répondre.  

PS : Son petit copain, "Jo la courbette", n'est qu'un vulgaire infographe et en aucun cas un dessinateur.  

Posté par gamalabina à 18:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mars 2021

Rouen : Tariq Ramadan jugé devant le tribunal correctionnel pour diffamation

 

Rouen : Tariq Ramadan jugé devant le tribunal correctionnel pour diffamation

L'islamologue Tariq Ramadan accusé de viols par cinq femmes, comparaissait ce mardi devant le tribunal correctionnel de Rouen pour diffamation à l'encontre de l'une de ses accusatrices. La décision sera rendue le 11 mai prochain. "Je suis victime d'un traquenard. Elle a exercé un chantage à la plainte pour viol sur plusieurs hommes".

https://france3-regions.francetvinfo.fr
Tariq Ramadan jugé pour diffamation au tribunal correctionnel de Rouen
Tariq Ramadan jugé pour diffamation au tribunal correctionnel de Rouen • © O. flavien, FTV

"Je suis victime d'un traquenard. Elle a exercé un chantage à la plainte pour viol sur plusieurs hommes". Ce sont ces deux phrases prononcées par Tariq Ramadan dans une émission télévisée en septembre 2019 que le tribunal correctionnel de Rouen examinait mardi 23 mars. Pour l'avocat de la plaignante, la rouennaise Henda Hayari, ces propos caractérisent la diffamation. Ce dont se défend Tariq Ramadan. "C'est quand même surprenant de me retrouver ici à Rouen, attaqué en diffamation par une femme qui dit que j'ai utilisé le mot traquenard, alors qu'en 2014 elle m'écrit qu'un traquenard se prépare contre moi par monsieur Soral avec lequel elle est en contact, et donc je serais aujourd'hui coupable d'une diffamation en répétant et en citant ce que elle elle me dit sept ans auparavant ? C'est tout de même surprenant" se justifie t-il.

Tariq Ramadan comparait devant le tribunal correctionnel de Rouen pour diffamation • ©FTV

L'ancien professeur représenté par trois avocats, est venu à la barre s'exprimer. Il a clamé son innocence et s'est dit injustement accusé. Pour le défendre, ses conseils ont choisi d'utiliser des éléments de la procédure en cours. Ils ont tenté de décrédibiliser Henda Hayari, faisant notamment comparaitre un témoin, une stratégie récurrente chez Tariq Ramadan.

Posté par gamalabina à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]